Rilke

Rilke

dimanche 8 décembre 2019

Stendhal : le goût de la beauté

Pour Stendhal, le monde n’est pas vivable s’il n’est pas beau. En Italie comme en Dauphiné, le paysage était « un archet qui jouait sur son âme. » Même s’il ne fut pas toujours tendre avec sa ville natale, Grenoble, il y reviendra toujours, physiquement et littéralement, admettant que « le genre ennuyeux semble banni de ces contrées. »
Stendhal & les Alpes, à lire dans le dernier numéro de décembre-janvier de Alpes Magazine. 





jeudi 5 décembre 2019

Elisabeth Revol : les vérités nécessaires

Après la tragédie du Nanga Parbat, il fallait écrire un livre. Quand quelqu'un meurt, on voudrait écrire la fin. La fin de la vie du disparu, mais aussi, ici, la fin d'une vie de cordée commune. Seule la littérature peut la révéler et permettre  à Elisabeth Revol de s'envoler comme un oiseau guéri. 

A lire dans le numéro de novembre 2019 de Montagnes Magazine






lundi 11 novembre 2019

Le kairos

9 novembre. Je me suis demandé ce matin si Bastian connaissait la date du jour. Alors bien sûr, tous les jours à 15h TU il reçoit la météo et le classement, et il doit s’y tenir pour anticiper la suite de la course, mais je l’imagine se dépouiller peu à peu de tout excédent. Il expérimente la liberté suprême, l’éloignement des choses inessentielles, une certaine raréfaction. Je l’imagine tout observer, le regard exercé, aiguisé, rester des heures à scruter la houle - le paysage ne laissant jamais voir qu’un fragment, rejouant chaque fois une partition différente. Il dévisage la lune, examine les constellations – le lithium apaisant les nerfs – et tente de se faire capturer par les grandes combustions. Il doit vivre une expérience globale, intime, où se dérègle et s’intensifie sa relation à lui-même et au monde, au sein d’un autre monde, qui suppose une attention singulière, des gestes particuliers, extrêmement précis et un matériel technique exigeant. Depuis hier, sa vitesse semble réduite par rapport aux autres concurrents. Son option sud était pourtant bien jouée – les concurrents au nord s’enlisaient dans une bulle sans vent – mais le 740 en a décidé autrement. Problèmes de safran à bord. S’il y a une certitude à retenir, c’est que Bastian est un marin tenace,  il s’accrochera jusqu’au bout du bout. Alors il poursuit sa route, gêné très certainement, mais il avance ! Tiens bon ! Le voilà sûrement incorporé dans une double temporalité, celle du chronomètre de la course, ravivant une hargne terrienne, qui rend les heures tangibles, mais aussi, et surtout, celle où tout se dilue, se ressemble et se confond, absorbée dans la grande continuité fluide, mouvante, incalculable. Mais il y aussi un concept du temps inventé par les Grecs appelé le kairos. C’est l’instant T. L’instant qui devient instant. L’instant où tout s’aligne, l’instant qui nous envoie des signes. Si le kairos est avec lui aujourd’hui, le rideau de cette nuit, où les étoiles sont apparues comme des clous d’or, s’est levé pour faire apparaître une luminosité particulière, qui aura rechargé ses batteries solaires et personnelles. Ce jour aura les contours de la perfection, la texture d’un songe, la  mémoire d’une trajectoire. J’espère que rien ne t’encombre, et que tu ne  gardes que la force des liens tissés avec l’océan, que rien ne pourra défaire. Bon anniversaire, Bastian.

(Mini-Transat 2019) 




samedi 9 novembre 2019

Las Palmas



Las Palmas. Je fais ma valise, combinaison 3/2 qui pend sur la terrasse, soleil noir, tongs étrennées sur tous les sables agités, vents puissants dans nos voiles, une lettre, un manuscrit achevé, profondeur détendue, parfum de la Casa del Perfume Canario, cheveux avec des rouleaux, jambes allongées sur la méridienne pour lire, cafés sur les toits à chaque lever du jour, vagues urbaines, sillage qui se referme, larmes chaudes, sensations qui brûlent, 
filtre bleu océanique.







samedi 26 octobre 2019

Nietzsche : le corps pensant

Une bonne part de l'oeuvre de Nietzsche est née des paysages alpins, de la clarté de l'air, d'une migraine dominée, des torrents, des sentiers, des efforts qui raidissent les muscles. L'influence de Sils Maria sur le philosophe est à lire dans le numéro d'octobre-novembre de Alpes Magazine. 






lundi 1 juillet 2019

Lamartine : Rives & Dérives

"On ne peut bien comprendre un sentiment que dans les lieux où il fut conçu" écrivait Lamartine. Une force littéraire nouvelle, qui associe des émotions à la nature environnante, émerge. Le lac du Bourget et ses montagnes l'ont révélée... A lire dans le numéro de juillet de Alpes Magazine. 


L'expérience intime de la traversée des Alpes

Quelle est l'influence des Alpes sur nos corps de randonneurs ? Pourquoi a-t-on envie de les arpenter ? Qu'est-ce qui, dans cette nature, affecte directement nos sensibilités ? J'ai pris beaucoup de plaisir à travailler sur ce sujet ; à retrouver dans le numéro de juin de Montagnes Magazine